29 septembre 2011

Courir à sa perte

La journée était parfaite, idéale. Il n’était que neuf heures du matin et le soleil nous chauffait déjà la couenne. Dire que l’an dernier à pareille date, on avait parcouru la distance sous une pluie battante à dix degrés Celsius. Faut aimer ça. Ou être fou. Mais cette année, on n’était même pas partis qu’on était déjà choyés. Le Parc de la Mauricie reflétait ses couleurs d’automne dans l’oeil vif et impatient des milliers de coureurs. Pas de vent, pas de pluie, pas de soucis. C’est ce que je me disais. (la suite sur Bang Bang)

21 septembre 2011

Enfin l'automne

Vous savez comment c'est. On est pris dans nos vies tumultueuses et on prend rarement le temps de mettre les brakes, question de rattraper les trucs qu'on se promet parfois de faire mais qu'on ne fait finalement jamais. Je viens tout juste d'y remédier en écoutant le long métrage de Patrick Boivin, mis sur Youtube le 30 août dernier. En constatant les visionnements plafonnant à 13 500 quelques vues, je me dis que je ne suis certes pas le seul à avoir remis à demain. Dommage.

J'étais d'abord un peu sur mes gardes. J'avais vu les trucs que met habituellement le cinéaste sur Youtube et bien que je reconnaissais son talent, ses films en stop-motion n'avaient jamais vraiment été ma tasse de thé. Mais je suis complètement tombé sous le charme de Enfin l'automne. Finement réalisé, superbement interprété, bercé par une bande-son totalement envoûtante, le film suit les pas de Jack (Louis Tremblay) et de Maude (Christine Beaulieu), qui se rencontrent, tombent amoureux et apprennent à vivre avec la présence de l'autre au fil des saisons.

Film sur l'amitié, l'amour, le quotidien et le temps qui passe, Enfin l'automne est un genre d'hymne à la vie et à l'espoir des lendemains. Bravo à Patrick et à son co-scénariste, Olivier Roberge, de ne pas être tombé dans la facilité et d'avoir laissé toute la place à notre imagination en ne remplissant pas inutilement les silences par des phrases convenues et des scènes pré-mâchées.

En espérant maintenant que cette initiative soit un peu rentable pour l'équipe. Ça serait dommage de ne pas pouvoir profiter du talent et de la créativité des artisans d'ici et d'ailleurs qui mettent tout en oeuvre pour partager leurs visions des choses.

Alors servez-vous, c'est gratuit.

17 septembre 2011

Un nouveau service de covoiturage

Un nouveau service de co-voiturage a vu le jour cette semaine: Drivv. Offert aux conducteurs comme aux passagers et un peu à la façon d'Allostop, Drivv met en contact les voyageurs et permet de partager les coûts de transport associés à un voyage.

Un périple Montréal-Québec coûtera par exemple à un passager entre 14$ et 20$, selon la voiture, la date et l'heure choisies. Un conducteur empochera quant à lui 17$ pour le même trajet. Le service est présentement gratuit et ouvert à tous.

Drivv est différent d'Allostop à plusieurs égards. Tout d'abord, Drivv offre des destinations à l'extérieur du pays: Montréal - New York pour 43$, qui dit mieux? Drivv se démarque aussi dans son approche 2.0 du co-voiturage. En effet, au lieu d'avoir à s'abonner au service, à se créer un compte sur un site puis à courir à l'autre bout de la ville pour évaluer les offres, Drivv se connecte directement à notre compte Facebook pour accéder à nos informations et nous mettre en lien avec conducteurs ou passagers. Il est même possible de trouver un transport directement sur la page Facebook de l'entreprise. De plus, une application iPhone devrait voir le jour d'ici quelques temps.

Je ne l'ai pas encore essayé mais ça ne saurait tarder. J'encourage toute initiative qui allège le trafic routier et contribue à rendre l'air plus respirable. Alors, que ce soit via Drivv, Allostop, Communauto, en vélo, en train, à cheval, en Cadillac, il n'y a plus aucune raison de s'encroûter sur place!

14 septembre 2011

J'oublie tout au fur et à mesure, incapable de me rappeler ce que j'ai mangé la veille ou les paroles que j'ai dites il y a cinq minutes. J'ai la mémoire d'un four à pain. Depuis longtemps j'essaie de trouver une technique pour me rappeler les livres que j'ai lus. Mon problème est que j'en lis tellement que je les oublie au fur et à mesure de mes lectures. À tel point qu'il m'arrive fréquemment de ramasser un livre en me disant "Wow, ça a l'air bon", pour finalement me rendre compte que je l'ai lu quelques temps auparavant. #peabrain

On m'a suggéré plusieurs trucs pour remédier à mon manque de focus typiquement perruche idiote: des réseaux sociaux à la Babelio, Anobii et Goodreads à la prise de photos sur Facebook. Je trouvais tout cela trop long et complexe à gérer alors je m'étais rabattu sur un simple tableur en ligne, un plate fichier Google Doc. Erreur, c'était sous-estimer ma paresse légendaire. Même ça était trop compliqué.

Je suis tombé aujourd'hui sur un utilitaire qui s'appelle Otlet's shelf, un outil appelé un bookmarklet qui s'installe à même la barre de favoris de votre navigateur. Si vous utilisez une plate-forme Tumblr, ce petit programme est tout désigné pour vous. Vous devez d'abord installer le truc en question (rien de plus facile, il s'agit de glisser le bouton créé à partir de vos informations de compte sur votre barre de favoris). Rendez-vous ensuite sur le site d'Amazon, trouvez le livre qui vous convient et cliquez sur le bouton favori fraîchement installé. Une fenêtre contenant la couverture du livre, son titre, le nom de l'auteur et une courte description s'ouvrira (sinon, vous pouvez en ajouter au choix). Vous n'avez qu'à enregistrer le tout afin de le publier automatiquement sur votre blogue.

Enfin, je ne relirai plus jamais deux fois "Comment devenir une star des médias sociaux".

3 septembre 2011

Damn you Facebook

Dans sa tentative d'éviter la désertion de ses membres vers le nouveau réseau social de son compétiteur Google, Facebook s'inspire de plus en plus des bons coups de Google+ en copiant certaines fonctionnalités du géant de la recherche. Saine compétition, certainement, surtout qu'au bout du compte, c'est l'utilisateur qui en ressortira gagnant: les nouvelles listes regroupées, les améliorations au niveau de la vie privée, etc. Mais pas toujours. Le réseau de Zuckerberg y est allé cette semaine d'une "brillante" (#ironie) idée dans le silence le plus complet: l'impossibilité de cacher un ami de son fil de nouvelles principal.
Cette fonctionnalité que l'on retrouvait à la droite d'un statut d'un utilisateur permettait auparavant de cacher des gens de son fil de nouvelles principal, dont le statut nous importait peu. Par exemple, il était possible de ne pas s'engager dans d'interminables chicanes de famille en acceptant la vieille tante comme amie mais en supprimant les gifs animés et les multiples applications qu'elle publie sans arrêt. Il est depuis hier impossible de cacher un ami de son fil de nouvelles, l'option étant maintenant remplacée par une nouvelle similaire à celle que Google+ emploie.
Dans le cas de Google, ce n'est pas vraiment dérangeant. Le fait que le réseau social soit nouveau n'implique pas de modification à son compte ou à sa liste de personnes dans ses cercles. Mais dans le cas de Facebook, c'est totalement l'oposé. On doit maintenant créer une liste regroupant tous ses amis dont on veut voir les publications et faire apparaître cette liste par défaut sur son fil de nouvelles.
Si vous voulez mon avis, c'est une ridicule idée qu'a eue Facebook qui semble avoir oublié que le nombre de nouveaux membres sur son réseau est en ralentissement évident. De plus, pour les utilisateurs qui possèdent beaucoup d'amis, le travail annoncé de restructuration des listes s'annonce comme un travail dantesque. Visiblement, j'en aurai pour la fin de semaine. Une chance que c'est un long weekend. Damn you Facebook, parfois je te hais.

Edit: Merci à Sednah qui m'explique en commentaire comment s'y prendre pour contourner le problème. En fait, il suffit de cacher le statut de quelqu'un pour que Facebook nous offre de nouveau la possibilité de cacher cette personne. Fiou! Mais Damn you pareil, Facebook, d'apporter des changements à ton réseau et de ne pas nous expliquer comment faire pour contourner les problèmes encourus, même pas dans ta section d'aide.

2 septembre 2011

La salope

L’été tire à sa fin. On reprend nos vies palpitantes là où on les avait laissées. On quitte notre campagne, nos lacs, nos farnientes improvisées et on reprend notre course effrénée, un peu insouciants des lendemains hivernaux qui se pointent. La suite sur Bang Bang...