25 juillet 2010

Préfaces

J'adore le nouveau concept de mon amie et compatriote Marie-Julie Gagnon, Préfaces, qui présente et met en valeur, en de courtes capsules vidéos, différents auteurs du Québec. On le sait, la littérature, ce n'est pas vendeur. Mais ça n'a pas stoppé Marie-Julie de prendre le temps (même si elle n'en a pas vraiment) de rencontrer les auteurs, d'échanger avec eux et de les questionner sur ce qui les pousse à écrire.

Je veux les entendre parler de leur relation avec la création. De leur parcours littéraire. De ce qui déclenche l’envie de se mettre devant l’ordinateur. De ce qui les freine. Des sujets souvent laissés pour contre dans les médias traditionnels au profit de la simple promotion.

Il y a deux semaines, j'ai eu le grand bonheur de briser la glace et de lui accorder la première entrevue. Depuis, Marie-Julie a rencontré Mélodie Nelson, auteure du roman Escorte et Annie Bacon qui se spécialise en littérature jeunesse.

Merci Marie-Julie!

16 juillet 2010

Monter le Mont-Royal à vélo

L'idée germait dans ma caboche depuis longtemps: fixer une caméra au guidon de mon vélo et filmer la montée du Mont-Royal par le chemin Camillien-Houde. J'avais envie de le faire parce qu'on me demande parfois quel parcours j'emprunte à vélo mais aussi parce qu'aura lieu le 12 septembre prochain le Grand Prix Cycliste de Montréal, qui empruntera, à quelques mètres près, le même parcours, soit une boucle d'environ dix kilomètres qui fait pomper l'huile. Sauf qu'eux, le feront seize fois. Mais ça, c'est une autre histoire.

Hier était ma quatrième tentative de filmer mon périple. La première fois, j'avais tenté l'expérience avec mon iPhone, mal coincé dans le guidon. Malheureusement, le clip s'était finalement avéré corrompu. Je m'y suis donc pris une deuxième fois, en fixant cette fois mon iPhone à l'aide d'attaches en plastique. Le résultat à l'image était parfait, Mais à cause du vent, on n'entendait pas un satané mot de ce que je disais. Gaspillage numéro deux.

La troisième fois, j'ai décidé d'utiliser ma Canon HF200 et de filmer en HD en branchant un micro externe pour le son. L'idée était excellente. Le son était génial. Mais j'avais fixé la caméra à un tout petit angle, ce qui fait que j'ai filmé des arbres durant une quarantaine de minutes. Pas fort.

Un peu tanné, j'ai décidé de réitérer l'expérience hier. Cette fois, j'ai bien fixé la caméra au guidon, en prenant bien soin de ne pas lui donner cet angle qui vous donnerait l'impression de vous balader à D'arbre en arbre. Tout semblait parfait jusqu'à ce que je télécharge le tout hier. Cette fois-ci, on voit très bien la route. Mais parce que j'avais désactivé le stabilisateur d'image, ça shake en maudit dans la cabane. Mais là, je commence à avoir mon @#$%?& de voyage de répéter l'expérience. Je le mets donc en ligne quand même. Lorsque j'aurai le temps, je le ferai de nouveau en fixant la caméra à mon casque. Mais pour l'instant...

Voici donc le résultat de mon périple. J'espère que vous n'aurez pas mal au coeur. Le film est en six parties. Je sais, c'est long. Mais c'est que j'ai décidé de laisser tourner la caméra pour une deuxième montée où je reviens finalement sur mes pas après la descente du chemin Remembrance, question que vous connaissiez le truc pour monter en douceur et descendre Camillien-Houde. J'espère que ça vous donnera envie de sortir votre monture et d'aiguiser vos jambes.

Bon vélo et soyez prudents!











13 juillet 2010

Spa facile être blogueur

Le titre de mon billet d'hier était signe des temps. J'aurais pu nommer celui-ci exactement de la même façon.

Auparavant relégués au rang d'auteurs de seconde ordre, les blogueurs et utilisateurs des différents réseaux sociaux sont aujourd'hui pour les entreprises une porte d'entrée donnant accès à une toute nouvelle clientèle, qui utilise ces différentes plate-formes pour se renseigner, partager leurs expériences et bien sûr, consommer. Les grandes entreprises l'ont compris depuis belle lurette mais les PME hésitaient encore à sauter dans un train en mouvement, non pas par peur de se casser la margoulette mais bien par incompréhension du phénomène.

C'est aujourd'hui chose du passé puisque les petites et moyennes entreprises du Québec et d'ailleurs abordent des blogueurs et autres "influenceurs" sociaux pour leur faire découvrir leurs produits et services et ainsi relayer l'information à leur lectorat. Elles ont vite compris que la publicité via les médias sociaux est efficace et surtout peu onéreuse. Il n'y aura jamais rien de mieux que le bouche à bouche oreille.

Lucie Kechichian de Ping Communication m'a approché pour m'offrir un après-midi au Spa scandinave Les Bains Vieux-Montréal, incluant massage et accès aux bains. Pas besoin de vous dire que je me suis précipité sur l'offre. Après un périple de 103 km dimanche, mes mollets étaient bien ouverts à recevoir quelques moments de tendresse. Après y avoir passé près de deux heures, je peux vous assurer qu'il n'y a pas que mes mollets qui ont reçu quelques délicates attentions. Wow! Massage en profondeur pour soulager mes muscles endoloris, jacuzzi en cascade pour délier les tensions dans mon cou, bain turc à l'eucalyptus pour m'ouvrir les voies respiratoires (et l'esprit à la Turquie) et sauna finlandais pour me faire suer comme un Montréalais en pleine canicule (ok, j'avoue n'être resté là-dedans que cinq minutes). Je sonne peut-être vendu d'avance mais comment ne pas l'être. Tout était parfait...

Comme si ce n'était pas assez, on m'a offert des cartes-privilèges qui m'offrent l'accès aux bains à ma convenance. Mais vous savez quoi? Comme je vous adore, j'offre une carte-privilège aux trois premières personnes qui me nommeront en commentaire, le nom des deux joueurs de hockey qui font partie de l'équipe d'investisseurs du Spa Scandinave, une valeur de 54$ chacune. Ces informations sont disponibles sur le site du Spa. Les commentaires seront modérés demain matin. Bonne chance!


Mise à jour: Bravo à Alexandre Amyot, Thoma (Daneau je crois) et Nebka qui se méritent chacun un certificat-cadeau du Spa scandinave. Envoyez-moi vos coordonnées par courriel afin que je vous fasse parvenir votre prix.

12 juillet 2010

Signe des temps

Question de faire léger, un billet comme une robe d'été, folle au vent, remplie de cette beauté et de cette innocence toute estivale.

C'était une petite journée tranquille hier. Le Nain était chez sa mère, l'amoureuse chez son ami, j'attendais avec impatience ce moment où je pourrais enfin enfourcher mon vélo de nouveau, d'heureuses retrouvailles alors que ça faisait plus de dix jours que j'étais en convalescence.

Direction Oka pour un stretch de 103 kilomètres, un aller-retour ridicule par ce temps de canicule. L'aller s'est super bien déroulée, petit filet de vent dans le dos, pour une vitesse moyenne d'environ 34 kilomètres/heure. C'est au retour que ça s'est un peu gâchée, la fatigue, la chaleur et l'acide lactique prenant tranquillement place à l'intérieur de mon corps. Comme dans la vie, il est toujours plus facile se rendre quelque part que d'en revenir.

Durant la majorité de mes voyages, je prends des clichés de panneaux de signalisation routière, une façon originale de me rappeler que j'ai vu des trucs hors du commun. Parce que lorsqu'on voyage, on s'aperçoit rapidement que les autres habitants de cette planète ne sont pas si différents de nous.

Cette manie m'a entre autres permis de photographier un panneau mettant en scène un lama au Pérou, un autre d'une chèvre dans les canyons de l'ouest américain et celui d'une vache couchée en travers de la route au Mexique. Mais qui aurait cru que j'aurais été en mesure d'immortaliser une tortue, un serpent, une grenouille et une salamandre sur le même panneau, à moins d'une soixantaine de bornes de chez moi? Mais voilà, c'est exactement le panneau que j'ai croisé sur la piste la Vagabonde du parc d'Oka, à peu de distance du populaire terrain de camping.

Finalement, on n'a pas toujours besoin de voyager très loin pour s'évader de chez soi...

6 juillet 2010

Fou du Tour

Vous le savez, je suis fou du Tour de France. J'essaie de ne pas manquer une journée du Tour. Juillet étant presque toujours un mois professionnel tranquille, je l'écoute la plupart du temps à la maison. Sauf que, je sais pas si vous l'avez remarqué mais il fait aussi chaud que dans le trou de cul d'un ours ces temps-ci. Ce qui vous donnera peut-être envie de fuir la canicule dès le petit matin. Et pourquoi ne pas aller écouter le Tour de France au petit Café du coin?

J'ai appris ce matin qu'il existe quelques applications iPhone vous permettant de suivre le Tour de France en direct sur votre iPhone. La première, l'application officielle, est celle du géant des télécoms françaises Orange et est accessible ici. Vous devez avoir un compte iTunes en France pour ce faire. Si vous n'en avez pas un, il est très facile de s'en créer un, même si vous ne possédez pas d'adresse en France. Voici comment:

Créez-vous d'abord une adresse spécifique pour votre nouveau compte iTunes France. Utilisez une adresse simple et facile à retenir. Par exemple, si vous avez déjà un compte Gmail xyz@gmail.com, créez un compte xyz.fr@gmail.com pour la boutique française. Un jour voudrez-vous peut-être créer un xyz.us@gmail.com pour la boutique américaine, qui sait? Une fois cela fait, ouvrez iTunes et dirigez-vous dans le bas de la page pour changer de pays. Cliquez sur le drapeau canadien puis choisissez celui de la France. Allez maintenant dans la zone de recherche en haut à droite et tapez les mots "Le Tour 2010" (ou cliquez sur le lien plus haut qui vous dirigera vers la page de l'application). Cliquez sur le bouton App gratuite. iTunes vous demandera d'entrer votre nom d'utilisateur et votre mot de passe. N'entrez pas votre mot de passe habituel mais cliquez sur "Créer un nouveau compte". Acceptez les termes, inscrivez la nouvelle adresse de courriel que vous venez de créer, remplissez les autres cases et faites suivant. iTunes vous demandera alors un numéro de carte de crédit. COCHEZ AUCUN! Remplissez l'adresse avec une adresse française (n'importe laquelle fera l'affaire, un hôtel, un resto, l'Apple Store, etc.). Cliquez sur Continuer. Voilà, vos n'avez plus qu'à confirmer en répondant au courriel qu'Apple vient d'envoyer à votre nouvelle adresse. Retournez à la page de recherche et inscrivez de nouveau "Le Tour 2010". Téléchargez l'application en n'oubliant pas de vous connecter avec votre nouveau compte iTunes français.

Si vous trouvez tout ça trop compliqué, vous pouvez toujours télécharger l'application iPhone Tour de France de Versus pour la modique somme de 15$...

Mise à jour 1: Pour les abonnés Vidéotron (télé et Internet), il est aussi possible de suivre le Tour en direct sur Illicoweb.

Mise à jour 2: Différents sites offrent la diffusion du Tour en direct, ce qui sera utile pour les non-abonnés de Vidéotron. C'est entre autres le cas chez FranceTV.

5 juillet 2010

Pas de bras pas de bonbon

Pour ceux qui l'ignorent, je suis estropié du bras gauche depuis maintenant 8 jours. Ça explique un peu (juste un peu) le silence de ce blogue. Faut dire que je n'ai pas chômé non plus. On était à mettre les bouchées doubles depuis la fin mai, Dominic et moi, à notre guide sur les réseaux sociaux qui verra le jour à l'automne. C'est maintenant chose faite et remise à l'éditeur jeudi dernier. Next! Pis on top of that, c'est l'été aussi, faut pas l'oublier. On arrive justement de Kâââmouraskââââ (merci Ge) où on vient d'aller passer le weekend. C'est qu'on allait reconduire le Nain dans le Bas St-Laurent pour cause de camp de vélo (dites-lui pas mais je m'ennuie déjà).

Je disais donc que je suis estropié du bras gauche suite à un accident de vélo. Fracture radiale au coude. Je dois prendre de nouvelles radiographies mercredi pour savoir si on doit me l'arracher à grands coups de bulldozer (ou juste me mettre un plâtre). Ça a l'air compliqué leurs affaires: fracture déplacée, un plâtre, fracture pas déplacée, dix jours d'immobilité dans un Formédica (ce que j'ai déjà). Doivent appeler ça une fracture déplacé parce que tu dois te déplacer deux fois à l'hôpital. C'est vrai que ça fait une cassure dans mon horaire. En espérant que je sois de nouveau sur pattes (sur bras?) mercredi. Je me vois mal ne plus faire de vélo pour le reste de la saison ou pire, me ramasser en Turquie dans le plâtre jusqu'au cou!

Mais en attendant, repos semi-forcé à la maison. Comble de chances, le Tour de France a débuté samedi! Yé, trois semaines de farniente presque pas coupable. Ce qui m'amène à vous parler de la raison de ce billet (y était temps (je sais, ça fait 30 minutes que je tape à une main!)). Durant la retransmission du Tour à Canal Évasion hier, j'ai vu une publicité qui annonçait que Tremblant préparait un 24h du vélo cette année. Tout comme le 24h de ski... Wow, j'ai trouvé l'idée vraiment géniale. Et j'avais mauditement envie d'y participer. Sauf que (il y a toujours un sauf que)...

Sauf que la gang d'hurluberlus qui ont organisé le 24h l'ont fait la même fin de semaine que le défi vélo des Cantons-de-l'Est ET les Grand Prix Cyclistes ProTour de Québec et Montréal! Ben oui toi, du 10 au 12 septembre. ALLO?! Z'ont pas pensé les zozos que tous les cyclistes étaient pour être soit à l'un, soit à l'autre (ou soit aux deux comme moi). Z'étaient fâchés de ne pas avoir eu la course à Tremblant et z'ont décidé de bouder les grands événements en créant le leur? Pas fort. Et c'est encore aux cyclistes a payer la note en fin de compte.

Bon, excusez, je dois y aller. J'entends en background mon idole, Louis Bertrand, qui s'anime dans la télé. Et faut dire que je commence à être écoeuré de taper à deux doigts...