30 septembre 2008

Unissons nos voix


Pour une deuxième fois en deux semaines, les voix du peuple s'unissent contre le gouvernement Harper. Est apparu cette nuit un tout nouveau site intitulé Unissons nos voix où l'on peut voir plusieurs personnes dont une foule d'artistes, expliquer pourquoi il est impératif de ne pas voter pour un gouvernement Conservateur aux prochaines élections. On peut y voir Sylvie Moreau, Paul Ahmarani, Gilles Julien mais aussi plusieurs gens comme vous et moi dénoncer les politiques des Bleus. À l'opposé de la vidéo dénonçant les coupures contre la culture, le site joue sur la sobriété et la simplicité et prend des positions claires et précises sur les politiques gouvernementales conservatrices.

Fait original, on y retrouve aussi un lien vers le site Voter pour l'environnement qui a pour but d'éclairer la population pour un vote stratégique le 14 octobre prochain.

Spread the word!

27 septembre 2008

Père, fils et sain d'esprit

Souper indien foutrement épicé hier soir. Sur Jean-Talon, entre les stations Acadie et Du Parc, on se croirait dans une autre contrée. Exotique. On était trois, un peu perdu, dans un coin où on déambule visiblement pas assez souvent. C'était pour nous aussi dépaysant que de se balader dans les rues d'Hanoi y a une couple de semaines. Faut absolument y retourner plus souvent, dans ce coin où la loi 101 n'a visiblement plus voix au chapitre, apprendre à goûter aux multi-saveurs que Montréal a à offrir. Au retour, métro ligne bleue, direction Fabre puis plein Sud. La caméra bien dissimulée pas trop loin de son sourire, y en a une qui s'est amusé à capter la vie battre entre le père et le fils. Faut avouer qu'on s'entend comme larrons en foire, non?


25 septembre 2008

Une courte histoire d'amour en stop-motion

J'ai publié ce billet sur le blogue de VLOG. Mais j'ai tellement aimé cette animation que j'avais envie de la partager avec vous tous qui ne gambadez pas dans les vertes prairies de Canoë.

Je suis un fan fini de films d'animation. Je les aime tous, de South Park à Shrek en passant par Les Simpsons. Je suis de surcroît un fan fini de stop-motion. Le travail de dingue que ça prend d'assembler des milliers d'images pour en faire un film, ça me dépasse. Imaginez alors le coup de coeur que j'ai eu pour cette magnifique courte animation en stop-motion de Carlos Lascano, qui relate une simple histoire d'amour entre un jeune garçon et une jeune fille. Un délice en haute définition pour les yeux et les oreilles, grâce entre autres à la magnifique musique du groupe islandais Sigur Ros.

À voir aussi sur le site de l'artiste, les photos du making-of de cette magnifique création.

WebTV Hebdo est enfin en ligne

Après moultes péripéties, tergiversations et beaucoup de cheveux en moins (même pas les miens, j'en avais plus à échapper), WebTV Hebdo est enfin en ligne. Le site boite encore un peu, soyez indulgents, mais le coeur, l'effort et les immenses possibilités y sont.

On s'y croise bientôt?

24 septembre 2008

L'inconnu

Ce qu'on connaît pas, ça nous fait peur. Cet adage explique malheureusement une foule d'émotions et réactions niaiseuses mais Ô combien humaines comme le racisme, l'homophobie et une foule d'autres injustices et incompréhensions de toutes sortes. Les musulmans et l'Islam étant le top du top des peuples qu'on ne comprend pas mais qu'on n'ose surtout pas essayer de comprendre. Des fois, je me sens un peu comme cette jeune fille, les mains en l'air et la tête toute mêlée. Qu'est-ce que je fous là-dedans moi?

Ce qui fait peur...




The Boston Globe présentait plus tôt cette semaine un reportage photographique sur le Ramadan. Et quand il est question de Ramadan, on en entend de tous les genres et de toutes les couleurs.

- Ça a tu du bon sens du monde qui mange pas pis qui boivent pas pendant des heures.
- Qu'ils retournent donc chez eux avec leur culture bizarre!
- Comment tu peux faire vivre ça à des enfants? C'est inhumain!

Par paresse, je n'ose pas souvent poser les vraies questions, je n'ose pas toujours essayer de comprendre un peu plus. Juste un peu plus... Et si vous et moi essayions de comprendre un peu plus, en tendant la main un peu plus, en offrant un peu plus qu'un sourire trop respectueux, et si on posait parfois plus qu'une question en surface, et si on en posait deux ou trois bonnes même?

Parce que moi, j'ai pas envie que mon fils ait peur. Parce que moi, j'ai envie que mon fils connaisse.

Culture en péril (version longue)

Après la version courte qui a fracassé des records de visionnements pour une vidéo virale québécoise la semaine dernière (plus de 420 000 à date), Culture en péril en remet avec sa version longue de 9 minutes mise en ligne hier soir. Z'ont pas fini de faire parler d'eux...

23 septembre 2008

Gimme Moore

L'amusant vampire anti-républicain Michael Moore en remet. Et ce coup-ci, il sucera tout le sang disponible des affreux politiciens de la droite américaine. Dès aujourd'hui et pour une période de trois semaines, son tout dernier film, Slacker Uprising, est offert version intégrale en streaming et en téléchargement, sans frais aux internautes. Un beau cadeau à mettre sous le sapin électoral.

Le documentaire suit les traces du cinéaste durant la campagne électorale américaine de 2004 alors qu'il tentait de rallier les jeunes électeurs de 62 villes américaines à aller voter. Connaissant les convictions politiques du réalisateur, sa campagne ne devait devait pas être très très pro-BushLes mettons.

Slacker Uprising donc. Slackers, nom donné aux jeunes étudiants qui s'abstiennent de voter par manque d'intérêt ou par dépit du système. Uprising parce qu'il y en a finalement quelques-uns qui se sont réveillé et qui se sont aperçus que plusieurs voix qui s'unissent peuvent faire changer les choses.

Et si ça donnait des idées aux jeunes d'ici qui se foutent de la politique? Et si ça les incitait à aller voter contre Harper, la marionnette canado-américaine et ses lois débiles? Et si ça changeait finalement les choses?

Le film est disponible en cliquant sur l'image drette là!

22 septembre 2008

Une seule question

Ça prend parfois une idée de génie pour faire un bon film. Parfois moins. Parce qu'au fond, le cinéma, c'est la vie. C'est vous, c'est moi, c'est ce qui fabrique nos histoires.

Ça peut aussi prendre des bons outils. Une bonne caméra, un bon sujet, une trame de fond envoûtante. Parfois non. Parfois, ça prend juste une simple et bonne question: Quel désir aimeriez-vous voir se réaliser à la fin de la journée? Et si on est chanceux, tous les ingrédients seront là, à leur place et la magie se crééra.

Qu'aimeriez-vous qu'il se passe avant la fin de la journée...  

Si l'oeil se tournait vers moi, vite comme ça, si on m'accrochait par le t-shirt alors que je déambulais dans ma rue, je répondrais que j'espère me coucher ce soir en n'ayant aucun regret. Mais si j'y pense et que j'oublie mon nombril quelques instants, parce que c'est pas facile de s'oublier quand on se fait prendre sur le vif de la vie, je répondrais peut-être que si j'avais des regrets en fermant mes yeux, j'espérerais à la paix dans le monde et à l'irradication des injustices de toutes sortes. Y a trop de choix impossibles à faire. 

Mouais, les questions les plus simples ne sont pas toujours les plus faciles à répondre.

Et vous, qu'aimeriez-vous qu'il se passe avant de fermer vos paupières?


19 septembre 2008

Dear Canadians

Un sketch pissant à mettre entre les mains de tout bon conservateur, y compris notre chère Ministre du Patrimoine Canadien! 

Diva gation

Madonna n'a peur de rien. Non seulement elle est une femme d'affaires accomplie qui a réussi à transcender le temps, mais elle a également su adapter son offre musicale au gré des modes. Cette semaine, elle choquait les mentalités de la droite américaine en offrant en page frontispice de son espace Web et de sa chaîne Youtube, une vidéo dénonçant la stupidité des républicains et de leur candidat John McCain.



Constamment, la Diva de la Pop réussit à se hisser à l'avant-plan de la scène artistique et musicale mondiale en multipliant les efforts de marketing. Vraiment et comme elle le dirait assurément elle-même, à chaque jour suffit Sean Penn.

via Le Patrouilleur du (Spray) Net

18 septembre 2008

Allo? Ici la Terre?

Houston? We have a problem! We have a really big problem. Our politicians are completely out of it!

On apprend dans Cyberpresse aujourd'hui que la ministre du Patrimoine du Canada, Josée Verner, estime que les compressions budgétaires dans le domaine de la culture n’intéressent pas les citoyens sur le terrain.

Je peux comprendre que certains électeurs ne comprennent pas l'importante place de la culture dans notre société. Je peux comprendre que plusieurs s'en branlent de la place de l'art et préfèrent jouir en envoyant Rambo en pays afghan, en pensant au bien fondé de l'avortement ou encore en encourageant le retour en force de la religion dans nos écoles. Mais ce que Madame Verner ne semble pas comprendre, c'est que les gens sur le terrain qui la félicitent pour "son bon travail" sont probablement ses propres partisans, des conservateurs avoués qui préfèrent de loin des crédits d'impôts sur l'achat d'une bagnole que d'aider son prochain qui en arrache.

Mais quand elle ajoute que "les artistes ne sont peut-être pas gâtés mais sûrement pas maltraités", ça me donne le goût de piaffer. Ce qu'elle semble oublier, Madame la Ministre, c'est que la clientèle à qui s'adressait ces programmes sont des artistes émergents, des créateurs qui mettent de l'avant une culture alternative, beaucoup moins "populaire".

Tsé, t'as beau être complètement déconnecté de ce qui se passe en culture, quand t'es politicien, tu te dois d'en connaître un minimum sur la situation démographique de tes électeurs. Ne connait-elle pas la précarité des travailleurs pigistes en culture? Ne sait-elle pas que la grande majorité des artistes au Québec vit sous le seuil de la pauvreté? Personnellement, j'en connais un char pis une barge qui ont de la difficulté à joindre les deux bouts et qui sont obligés de manger des beurrées de beurre de pinotte pis du Kraft Dinner pour survivre. Ça me pue au nez cet espèce de préjugé que les artistes sont tous millionnaires comme Normand Brathwaite! Mais quand c'est un politicien qui alimente le mythe, là ça me fait rager.

Mais bon, c'est peut-être pas le genre de clientèle qu'on retrouve dans le coin de Charlesbourg non plus!

Edit: Une autre qui se promène en tracteur dans le champ!

17 septembre 2008

Ubiquité

Ubiquité ou comment réussir à être partout en même temps. Dieu a des croûtes à manger, je vous jure. Parce qu'en plus d'avoir à entretenir mon propre blogue ici, d'écrire sur l'espace de WebTV Hebdo qui sera en ligne d'ici quelques jours, voilà-tu pas que j'aurai en plus à déposer mes miettes dans le tout nouveau blogue de VLOG.

Le blogue de la seule et meilleure émission franco-américano-canado-québécoise sur le Web est donc en ligne depuis ce matin. Et parce qu'on a déjà réussi à mettre de côté des centaines de clips, on est débordé de vidéos de toutes sortes. En conséquence, vous aurez la chance de visionner des vidéos qui n'auront pas eu la chance de se rendre jusqu'à l'émission mais aussi des textes, des liens, des photos, des vidéos et des niaiseries tournées par l’équipe. Bref, un bel endroit pour rigoler. Le seul hic est que vous devez être enregistré sur Espace Canoë pour laisser des commentaires. Mais bon, pour avoir la chance de me suivre ailleurs, c'est bien peu cher payé... ;-)

16 septembre 2008

Dans la série WTF

Uno, what the fψ¢k is happening with/con/avec Firefox depuis 2 jours? Des plantages à répétition (on se croirait dans une zone de reboisement nordique), des disparitions de son à répétition (on se croirait dans une émission de Claude Poirier), des vidéos qui arrêtent de fonctionner en plein milieu de la lecture (on se croirait dans une classe d'ados ou pire, dans Internet Explorer)! Serait-ce une vicieuse campagne de censure Web conservato/républicaine?

Deuzio, what the fψ¢k is un véhicule multi-segments? Chu tanné d'entendre dans toutes les putains de pubs de chars qu'ils ont le meilleur véhicule multi-segment de sa catégorie! Eille! C'est pas une catégorie ça, un multi-segment! On dirait pas que ça fait partie d'une bagnole! On dirait plutôt un morceau articulé d'un dildo!

Accro (magnon)

C'est vraiment chouette avoir un méga-nain de 14 ans. Ça te permet de sortir et de profiter de la vie un peu. Du coup, tu vas au cinéma, tu te permets d'aller prendre un verre avec des amis, tu t'arrêtes fumer un narguilé en chemin, tu rentres saoul à quatre pattes à quatre heures du matin. C'est ce qui m'est arrivé samedi dernier. Je suis rentré tôt par contre, vers 10h45. Méga-nain n'étant pas couché à cette heure, j'ai décidé d'enligner le dépanneur du coin et de le dévaliser d'un sac de Party Mix et de deux bouteilles de Sprite pour l'ado et moi. La totale devant les Simpsons de 23h. En fait, je devrais plutôt dire comment bien finir une soirée en se scrapant l'estomac. Anyway...

Pour faire changement, Méga-Nain était devant son ordinateur. C'est fou le temps qu'il passe devant cette foutue bestiole. Des fois, je trouve qu'il exagère.

- Et puis, qu'est-ce que t'as fait de ta soirée?
- Euhhh, j'ai joué à l'ordi...
- Coudonc, t'as passé la journée là-dessus toi?!
- Euhhh... Ben euhhh... ouuuuuais...
- Tu trouves pas que ça a pas de bon sens?
- Euhhh... Ben non...

Je me demande si parfois il a pas un problème de dépendance virtuelle. Ça t'arrive d'avoir de la difficulté à te passer de ton ordinateur?

Puis je suis tombé sur ce site, la semaine dernière. Unplug your friends, un groupe d'entraide qui incite les gens à établir des contacts réels en lieu et place des liens virtuels. Le groupe a créé ce magnifique court-métrage d'animation. C'est amusant, hyper bien fait et ça fait réfléchir sur notre dépendance à la virtualité.

15 septembre 2008

The Big "O"

Je ne vous ai jamais parlé du Midwest Teen Sex Show ici. Il est grand temps que je remédie à ça. Le MTS est une webtélé éducationnelle américaine sur la sexualité adolescente. C'est diablement bien réalisé, rempli d’humour mais c'est avant tout un espace de discussion nécessaire dans cette ère de droiture et de rectitude politique. Ça fait du bien de voir qu'il y a des gens qui sont capables d'expliquer les choses telles qu'elles sont. En espérant que ça supprime l'idée de créationisme dans la tête de certains États-Uniens.

Le downside du MTS, c'est qu'il n'y a qu’un seul épisode par mois. Par contre, chaque épisode est un délice d’impertinence toute adolescente. Nouveauté ce mois-ci, on nous offre une version HD du dernier épisode intitulé Orgasms (d'où le Big "O") sur le site de Koldcast.tv. Voici donc pour vous, le Midwest Teen Sex Show, bigger, longer and uncut (plus gros, plus long et pas excisé (scusez, elle était trop tentante celle-là)). Enjoyez!

Le gala des prix Taureaux

Ok, 1 à 0 pour vous autres, c'était un jeu de mot poche!

Ceci étant réglé, j'étais curieux de savoir si vous aviez aimé votre gala de la tivi hier soir? Moi si. En fait, je crois que c'était la première fois que je regardais un gala au grand complet, me dépêchant même à pisser durant les pauses pour ne pas en manquer une graine (du gala bien sûr). Malgré quelques longueurs, j'ai beaucoup aimé les interventions de Véronique Cloutier et les sketchs de Louis Morissette. Jouissive Véro dans son imitation de Patrick Huard dans sa parodie de Taxi 22. Et que dire de celle de C.A.

Mais ce qui m'a plu par dessus tout, c'est la participation des autres chaînes à ces sketchs. 110% dans les locaux de TQS, Dieu Merci à TVA, bref, on a eu l'impression, durant deux heures et demi, que la hache de guerre entre les diffuseurs était enterrée. Moi pis mon besoin constant d'harmonie...

Certains croient par contre que les discours sur les coupures dans le domaine de la culture ont pris trop de place dans le gala d'hier. Et moi je crois que les artistes ont enfin pu s'exprimer librement sur cette question en plus d'avoir la chance d'atteindre plus d'un million de personnes, dont certains, j'en suis sûr, n'avaient jamais entendu parler de ces coupures avant hier. En espérant que ça fasse une différence dans les intentions de vote du 14 octobre prochain.

Et si vous avez deux minutes, allez faire un tour sur le blogue de Dans ma télé qui vous convie à un tapis rouge hors du commun. C'est pas toujours hyper professionnel mais c'est tellement touchant de spontanéité, chose qui manque trop souvent à notre merveilleux monde de la télé.

14 septembre 2008

Crache le cash!

Comme elles en parlaient ce matin et dans la lignée de ceci, nous passons fréquemment nos dimanches après-midi, Ge et moi, à faire de la bouffe en couple. Elle, c'est la spécialiste des soupes et des desserts alors que moi, je m'occupe plutôt des repas principaux.

C'est le party dans la cuisine, y a de la bouffe partout, y aura de la vaisselle sale à laver pour les douze prochaines semaines et mon vieux Genesis tonitrue son rock à fond la caisse (de son). Bref, c'est amusant et ça sent bon. Mais à force de tripatouiller les aliments, on s'ouvre l'appétit. En conséquence, je mange tout ce qui me passe sous la main: carottes, craquelins, et même du vieux céleri qui traîne dans le frigidaire depuis deux semaines. En fait, je l'ai terminé.

- Hmmm, c'est bon du céleri.
- ...
- Non mais, tu peux t'imaginer? Ça fait deux semaines que je l'ai coupé cet espèce de céleri et il est encore tout vert et tout croquant!
- ...
- C'est génial non? Incroyable qu'il soit même pas mou après tout ce temps passé dans l'eau!
- ...
- Tu te rends compte? Deux semaines!
- ...
- Et je l'ai tout mangé!
- ...
- Même pas une branche de gaspillée!
- ...
- C'est fou non?
- ...
- Ouin, v'là 49 cennes de bien investies
- ... Nono

12 septembre 2008

Tirer sa révérence

Tirer sa révérence

C'est le titre du dernier billet que j'ai mis en ligne sur Branchez-vous. Je dis dernier et ça veut vraiment dire dernier. Comme dans le der des der. Parce que je croule déjà sous le poids du travail à VLOG et parce que la mise en ligne de WebTV Hebdo est imminente, je ne pouvais me permettre de tenir en plus une chronique tri-hebdomadaire. Parce que j'ai pas envie de botcher un pour mieux travailler l'autre. Un moment donné, faut juste être capable de dire: Ok, ça suffit. L'éternelle question du lâcher prise quoi...

Et étant donné qu'un renouveau ne vient jamais seul, ce blogue-ci se verra aussi transformé, mais dans sa forme, lui. Et ce, pas plus tard qu'en fin de semaine. Exit la structure à 4 colonnes qui en prend plus large que long. Exit aussi les widgets qui ne servent à pas grand chose. Tsé, que je me suis dit, who gives a fr£4king fψ¢k de ce que j'écoute en ce moment ou de ce que je viens de publier sur mon Twitter? Revenons-en à la base, aux vraies raisons pourquoi je tiens un blogue: Écrire et faire découvrir. Alors déprimez pas trop en fin de semaine si le bordel est pogné dans la place. La femme de ménage devrait avoir terminé avant dimanche.

11 septembre 2008

Political times

Une vidéo à mettre dans les mains de tous les américains d'ici un mois!

Des cartoons!!!

L'an dernier, à plus ou moins pareille date, on était câblé "régulier" à la maison méga-nain et moi. Ce qui veut dire que le câble était plogué dans la machine à images mais qu'on n'avait que peu de chaînes disponibles. Quand on est tous déménagé ensemble, une des conditions à remplir était qu'on devait se câbler numérique pour la simple et bonne raison que je voulais avoir Télétoon à la maison. Ce qui fut fait. C'est fou tout ce qu'un gars peut demander quand il doit remplir des promesses faites aux filles...

Malheureusement, Télétoon avait bien changé depuis les dernières fois où il pénétrait dans ma prise (de conscience). Y a maintenant des séries ennuyantes à la Punch (qui a beau être québécoise mais qui n'en demeure pas moins un show de merde) et autres navets semblables qui grisonnent la chaîne en full-yo-man-chill couleur. Me reste plus que les Simpsons et South Park à me mettre sous la dent. Même la série américaine Family Guy nous a déserté.

Mais ça, c'était AVANT le lancement de cet automne. Puisque depuis la semaine dernière, Télétoon nous sert en soirée la série American Dad, une délicieuse satire mettant en vedette une famille de crackpot américaine. Le créateur de cette série, Seth MacFarlane, est justement celui qui nous avait donné Family Guy.

Imaginez ma joie, lorsque je suis arrivé nez à écran avec sa toute nouvelle webtélé, Seth's Cavalcade of Cartoon Comedy, qui présente de courtes animations complètement débiles et juteuses à souhait. Il n'y a que deux animations pour l'instant (le lancement a été effectué hier) mais vous pouvez vous inscrire pour recevoir les mises-à-jour par courriel.

Allez, régalez-vous, c'est Burger King (son commanditaire) qui paie!

10 septembre 2008

Du CERN autour des yeux

L'accélérateur de particules du CERN a enfin été mis en marche aujourd'hui et Ô surprise!, on est toujours là. Ça faisait 3 jours que Méga-Nain me faisait ses adieux, persuadé qu'il était que le CERN créerait un trou noir qui nous avalerait tous tout cru. La déception à son réveil ce matin, j'vous dis pas...

Pour le consoler et lui remettre un sourire au visage, je lui dédie le tout nouveau clip du CERN, Large Hadron Collider Rap. En plus de swinger du cul, vous aurez aussi l'avantage de vous coucher moins niaiseux ce soir (pas que vous êtes niaiseux d'habitude mais bon, m'enfin, vous comprenez)



Les paroles de la chanson ici

9 septembre 2008

Lancement à la SouRCe

Notre télévision d'état lançait sa programmation d'automne hier soir. Premier plat au menu de vos soirées, Les Parent. Au premier coup d'oeil, la série semble plutôt sympathique. On ne parle pas ici de gros punch et de gags à se rouler par terre mais plutôt de quelques rictus répartis à gauche et à droite de la demi-heure télévisuelle. L'interprétation des enfants est, ma foi, très convaincante, le jeu de Daniel Brière est surprenant de justesse et Anne Dorval est égale à elle-même, c'est-à-dire adorable. J'ai toujours aimé son jeu et j'avoue être un peu vendu d'avance. Réalisation sobre, montage serré, dés en minou.

En fait, ce qui m'a le plus surpris dans cette nouvelle émission, c'est que bien que la vie de cette famille ne ressemble en rien à la mienne (maison, auto, piscine et BBQ en banlieue), je me suis quand même reconnu dans ma relation avec mon ado de fils. Les enfants sont bien tous pareils, peu importe d'où ils viennent et où ils vont. Et parce qu'ils sont parfois tellement prévisibles, il n'a pas dû être facile pour l'auteur d'imaginer des scènes qui réussiront à surprendre les téléspectateurs qui, on s'en doute, savent s'attendre à tout de la part de leur progéniture.

Cette première émission aura donc réussi à me décrocher quelques Ho!, plusieurs Hi! et même certains Ha! Et c'est déjà beaucoup. Mais c'est vrai qu'il fallait que je me retienne un peu. Faut pas oublier que mon méga-nain regardait l'émission à mes côtés et que je me faisais un malin plaisir à lui décocher des coups de coude entre chaque scène de vérité adolescente:

- Tu vois ben qu'on doit pas boire dans la pinte de lait (Bing!)
- Tiens, t'es pas le seul qui prend sa douche pendant une demi-heure (Bang!)
- Tu fais du touche-pipi toi aussi? (oups!)

8 septembre 2008

Les femmes du bus

Dans la lignée de mon billet sur Branchez-vous! aujourd'hui, un lecteur, Philippe, me suggère le micro-roman Les femmes du bus. En voici une belle façon d'adapter Twitter à une sauce littéraire. Si vous cherchiez à quoi pouvait bien servir ce ixième nouveau bidule 2.0, voici la meilleure réponse que j'aurais pu vous trouver.

Les femmes du bus: Parmi les plaisirs du bus: côtoyer le temps d'un parcours des femmes fascinantes, intrigantes, colorées, belles. Rencontres imaginées.

À insérer dans vos updates Twitter ou dans vos lecteurs de fil RSS. Quelle femme n'osera-t-elle pas ensuite s'imaginer être l'héroïne ou le personnage d'un tout nouveau micro-univers? On vous rend hommage, Mesdames, il ne vous reste qu'à cueillir le fruit.

Jouer avec les ombres

Jouer avec les ombres... Je ne parle pas de ma vie qui parfois fait preuve de nébulosité croissante. Parce que je suis comme ça moi, à foutre le bordel dans la cuisine de ma tête, à m'envoyer des assiettes et autre vaisselle sale à la gueule quand tout va trop bien. Ça arrive toujours quand je me demande pourquoi, justement, tout va trop bien. La question, Pourquoi le calme me terrifie-t-il?, qui explose en moi en guise d'inexplication du privilège d'être heureux. Allez savoir pourquoi, ça arrive toujours quand je suis heureux. Faut-il absolument assassiner le bonheur pour sentir la vie qui bat?



Jouer avec les ombres... Non, je parle plutôt du tout nouvel espace Web de Pluche, mieux méconnu sous le nom de Dominic Brunette. Son site, Luminis Obscura, portfolio Web mis en ligne aujourd'hui, vous en mettra plein la vue. J'avais récemment découvert la force vivante de sa photographie sur son blogue. J'étais resté bouche bée devant ses émotions en noir et blanc. Aujourd'hui, j'aime toujours autant comment il triche la lumière, j'aime sa façon de saturer les extrêmes lumineux. Et j'aime surtout ses images qui se noient dans une multitude de zones grises. J'aimerais parfois en dire autant de ma vie.

5 septembre 2008

Nous ne sommes pas en période d’érection

Cette semaine, le gouvernement Harper levait le voile sur son tout nouveau site Web. Le site s’affiche en version anglaise par défaut. On cherche donc savamment le bouton nous permettant de passer à la version française lorsque nous, franco-machins, y atterrissons. Trône à droite de la page un petit E suivi d’un F tout mignon et discret. Probablement pour indiquer les versions anglaise et française me convaincs-convainqu-convint… dis-je. Je clique, incrédule, sur le F et apparaît aussitôt la french version.

- Tu vois bien Pat que le Conservative Party ne prend pas ses électeurs pour des cons…
- Hmmmouin… Mettons.

On peut lire sur la bannière de la page d’accueil, Harper, Leadership 2008. À l’opposé, en version française on peut y lire Harper, Leadership 2008. Faut croire que le site a été créé le 24 juin dernier alors que les francophones a mari usque ad mare se relevaient d’une pénible nuit d’alcool, de débauche et de Johanne Blouin. Ça nous apprendra à fermer les yeux quelques instants.

En naviguant sur le site, on s’aperçoit que notre Premier Sinistre, notre cher Playmobil National (© Chroniques Blondes), siège en bon roi républicain sur sa cour familiale. On peut en voir un exemple dans la bannière suivante.



C’est moi ou on se croirait en plein territoire d’élections américaines? La belle ptite famille qui affiche son sourire Crest devant la caméra. J'haïs ça!!! (Sauf sur cette bannière-ci où la fille de notre cowboy suprême semble plutôt terrorisée, ce qui est plutôt pissant).



Ça me pue au nez cette forme de publicité, cette poudre aux yeux électorale remplie de démagogie silencieuse. N’y manque que le curé du village, l’idiot du même endroit, le cousin handicapé au petit bras dans le front et le voisin de race noire musulman. Au fond, ce qui me pue vraiment au nez, c’est qu’en période d’élection, le peuple souffre d’amnésie totale causée par des belles photos et des pubs léchées. En période d'élection, la majorité des électeurs sont des foutus zombies! Ce qui se passe avec certaines cervelles aux quatre ans demeure pour moi un grand mystère. Comment se fait-il qu’on ne se souvienne pas, au lendemain des dernières élections, de cette frigorifique poignée de main que Playdoh Premier avait glissé vers son fils de 5 ans à la rentrée des classes?

- Mais non Pat, ils forment une belle jolie famille chaleureuse qui s’aime voyons!
- Hmmmouin… Mettons.

4 septembre 2008

RATM à la convention républicaine

J'ai toujours aimé Rage against the machine. Pour leur musique rentre-dedans, évidemment, mais également pour leurs positions politiques. Voici justement un clip qui vous en mettra plein la tronche. De musique, mais aussi de vrai statement politique. Pris sur le vif avant-hier durant la convention républicaine américaine.

The police are here not because they are afraid of us, but because they are afraid of you. Voilà, tout est dit, un gouvernement aura toujours peur d'un peuple qui pense.



Via Above the fold

2 septembre 2008

Don Lafontaine n'est pas le frère de Parc

Vous ne le savez probablement pas mais vous connaissez Don Lafontaine. Si si! Vous avez déjà été voir un film au cinoche en langue originale anglaise? Peut-être raffolez-vous, comme moi, des sneak peaks au début des DVD? Si vous avez répondu oui à une de ces affirmations, vous gagnez dix mille dollars vous aurez sûrement entendu la voix d'outre-tombe de Don Lafontaine.

Don Lafontaine était cet américain à la grosse voix qui narrait les films à sortir sur vos écrans ou en DVD. Je dis était parce que j'ai appris aujourd'hui, sur le blogue de Pat Lagacé, que Don Lafontaine était décédé hier à l'âge de 68 ans. Hollywood ne sonnera plus jamais de la même façon.

Don avait rencontré l'an dernier le reporter Bill Weir de l'émission Good Morning America à ABC. Ils avaient concocté ensemble un petit reportage ingénieux en incorporant au quotidien du reporter une narration toute hollywoodienne. Ça avait donné un sacré bon moment de télévision. J'avais envie de vous partager ce moment mais le clip original versé sur Youtube était, à mon avis, un tantinet trop long. N'écoutant que mon courage et iMovie, je l'ai édité et j'en ai créé une version plus courte. Dépêchez-vous d'aller le voir avant qu'ABC ne me baîllonne et le retire de mon compte.

Voici donc mon hommage à Don Lafontaine. Et rappelez-vous éternellement cette phrase célèbre: It's never too early... for a salad. Jouissif!

Message d'intérêt à Paul Sarrazin, la voix officielle de TQS: Paul? Y a comme un poste qui vient de se libérer à Hollywood. Moi je dis ça de même...



En petit mot en passant pour remercier Patrick et Geneviève pour la mention spéciale à l'occasion du Blog Day. Je vous aimeuuuuuuu. (Scusez pour cet épanchement spontané)

1 septembre 2008

Regarder les yeux fermés

Vous êtes comme ça, vous, à présumer de tout tout le temps? À vous imaginer que les choses sont comme elles sont, sans regarder plus loin que ce que votre logique vous dicte?

Moi, je croyais ne pas être comme ça. En fait, pas tout le temps. Je me suis toujours fait un point d'honneur de jouer à l'avocat du diable, j'ai souvent répété qu'il fallait examiner les deux côtés d'une même médaille et qu'il fallait voir plus loin que le bout de son nez. Hé bien la grande gueule vient de se faire jouer un (autre) tour.

Il y a maintenant un an, j'achetais mon iMac. C'est mon bébé, mon jouet et je l'adore. J'aime la taille de son écran, sa rapidité, son interface, son look. Mais j'aime particulièrement son clavier. Quel confort! Quelle agréable sensation sous les doigts. Une chose qui m'avait toujours fait suer par contre, c'était l'acrobatie que je devais effectuer pour écrire la lettre ù. Je devenais à chaque fois un mauvais Alexandre Despaties du clavier. Un saut périlleux arrière suivi d'une vrille pour créer une satanée combinaison de touche, je trouvais ça complètement ridicule. Les doigts tout croches pour aller chercher les touches alt+^ suivi du u juste pour écrire un simple ù. Pas mêlant, j'en décrochais des notes de 3,5 et 4 qui auraient fait s'esclaffer des petits Chinois. C'était mon Waterloo qwertien! Jusqu'à ce matin.

Je viens tout juste de m'apercevoir qu'à l'extrême gauche de mon clavier, drette à côté du z, trône un ù tout prêt à se faire taper dessus. Un ù que je boudais depuis plus d'un an. Je sais pas pourquoi je l'avais jamais vu avant. J'aurais dû me rendre compte qu'il y avait une lettre plus propre que les autres sur ce foutu clavier. Hé bien non, j'ai rien vu, trop convaincu que j'étais par l'idée qu'une lettre ù ne devrait JAMAIS se retrouver là. Depuis tantôt, j'arpente mon clavier à la recherche d'autres caractères qui m'étaient peut-être passés sous le nez tout ce temps.

Pas fort! Au moins, je pourrai dire à ma défense que je n'ai jamais vraiment été quelqu'un de caractériel.