27 décembre 2007

Y a pus d'enfant!

Chiiiiirie passant quelques jours dans son berceau campivalencien, on passe du temps entre gars à la maison. On en profite pour faire des choses qui nous plaisent entre père et fils. Ça fait du bien, on se retrouve, prenant une pause du brouhaha perpétuel qui alimente nos journées respectives.

Ce soir, je l'emmène voir Le Cirque du Soleil au Centre Bell. Cette année, j'avais envie que son cadeau de Noël le décolle de l'écran. Je voulais donc que ce dernier soit n'importe quoi d'autre qu'un jeu pour sa console Wii ou son PC. Je crois avoir visé dans le mille.

Mais y a des choses qui se passent à l'écran qu'on aime bien partager. Comme le cinéma. Hier soir, on se loue Heure limite 3 avec Jackie Chan. C'est le genre de comédie cerveau à off qu'on aime bien regarder quand le chat (la chatte?) n'est pas là.

On se retrouve donc au salon. Alors que je mets le film dans le lecteur DVD et reviens m'asseoir sur le divan, je lui lance, dans un geste paternel niaiseux et gratuit, une grosse couverture qui lui recouvre totalement la tête. Spontanément, le voilà qui s'écrie en rigolant:

- Help me! Help me! I'm being captured by a chauve!

Ah ben, mon ptit maudit! Compte-toi chanceux d'avoir 13 ans parce que je t'aurais tout de suite dit d'aller réfléchir dans ta chambre!!!

25 décembre 2007

Mon vrai conte de Noël 2007

Ma veille de Noël 2007 était supposée être particulièrement tranquille. Petit souper avec Chiiiiirie chez l'Éthiopien sur St-Denis. Voyez-vous, cette année, j'ai décidé que Noël se mangerait avec les doigts. On termine notre souper relativement tôt et on marche d'un pas peu discret vers le nord. Il fait quand même froid avec tout ce vent. On échange rapidement avec le seul itinérant disponible au coin de Marie-Anne, on se paie un café/gâteau tout près du Métro Mont-Royal, on lance quelques souhaits spontanés (et vraiment mal reçus) au guichetier de la station Beaubien. La 18 nous ayant fait chier toute la soirée en brillant par son absence, on se promet d'oublier nos souhaits pour la STM l'an prochain. Mais peu importe, on décide d'utiliser nos jambes pour mieux faire descendre le compost africain qui s'impose une place dans nos estomacs.

Début d'une immense parenthèse

Je suis une personne qui vit souvent en réaction. En réaction à mon passé, en réaction à mes erreurs, en réaction à mes plaies d'enfant, en réaction à mes mauvaises décisions d'adultes. Certaines trouvent ça adolescent, moi je réponds qu'on fait tous du mieux qu'on peut avec les blessures qu'on a. N'empêche que je travaille quotidiennement à m'améliorer, à panser mes plaies, à regarder en avant et à tenter de changer, parfois pour le mieux, parfois pour le pire, même si ce n'est pas toujours évident.

Si vous suivez ce blogue depuis quelques temps, vous connaissez peut-être mon background d'enfant et vous avez sans doute lu à quelques reprises mon mépris pour l'Église catholique. J'ai été élevé de façon plutôt stricte religieusement parlant. J'ai dû assister à la messe à tous les dimanches, beau temps mauvais temps, jusqu'à l'âge de 18 ans. Ça me déplaisait et ça m'a profondément marqué. Incapable d'avoir mis mon pied à terre avant l'âge adulte légal, j'ai été en réaction face à ça depuis la fin de mon adolescence.

En plus d'être aujourd'hui athée, je subventionne encore moins ce que l'Église a fait subir aux hommes et femmes à travers les âges et ce qu'elle continue de faire subir à certains en ces temps modernes. À mon avis, le monde se porterait beaucoup mieux si les religions n'existaient pas.

Fin de l'immense parenthèse

Il est donc 22h30 et on marche sur Beaubien en direction de chez nous. Devant l'église au coin de Normanville, coup de théâtre! Je pose la plus bizarre des questions que j'aurais pu lui poser en cette soirée de Noël.

- Dis, t'as envie d'aller à la Messe de Minuit?, que je lui lance.

Je lui aurais foutu une taloche derrière la tête que sa réaction n'en aurait pas été différente. Un peu incrédule, elle me dévisage:

- T'es sérieux?
- Oui, sérieux. Je sais que ça fait longtemps que tu as assisté à une Messe de Minuit et ça serait une belle façon pour moi de faire la paix avec mon passé, de boucler la boucle, bref, de passer à autre chose.
- ...

Et c'est ce que j'ai fait, doucement, sereinement, peacefully. Ironiquement, elle a plus été en réaction que moi en apercevant le sapin lumineux sur l'Autel et la présentation Powerpoint qui défilait sur une vieille toile off-white servant d'écran, nous montrant des Pères Noël et des bonhommes de neige animés, mais surtout ridicules. Elle m'en glisse d'ailleurs un mot en sortant.

- Ça te fait rien, toi, que l'Église se cherche à ce point-là?, qu'elle me demande.
- Non. Tu sais, c'est correct que l'Église se pose des questions. Un jour, tu vas voir, elle finira par trouver ses réponses.
- ...

Vous savez quoi? Moi, je suis certain que j'en ai trouvé plusieurs hier soir.

24 décembre 2007

Dipatisme de Noël



Aujourd'hui, Jésus est nez. Demain, il sera certainement bouche.
Joyousse Crissmasse.

19 décembre 2007

Maudit amour!

D'aussi loin que je puisse me rappeler, j'ai toujours vécu mes amours avec mes tripes. Les coups de masse, les souffles coupés, les entrailles arrachées, faut que je sente tout ça dans mon ventre. Ça doit expliquer pourquoi la vie tourne souvent autour de mon nombril.

Ce besoin d'amour aigü, en coups de poker, m'a tellement joué des tours. Il m'a peut-être fait rire et halluciner, comme ce fix qu'on se fait en attendant le prochain, mais il m'a tout autant fait rager, crier, pleurer, comme ce fix qu'on se fait en attendant le prochain.

Que d'amours déchus parce que mes entrailles avaient cessé de vibrer. À travers ma crainte de mourir là, tout de suite, en ayant manqué tous ces petits bouts de vies à peine hors d'atteinte, ce n'est que ma façon à moi de vouloir sentir cette vie fragile dans toute sa grandeur.

Surexister. Un apex d'émotions, quand les montagnes russes culminent, juste avant que le premier chariot entraîne les autres vers le bas, dans un clignement d'oeil. Cette descente aux enfers, quand le coeur te remonte dans la tête, écrasant sur son passage toutes pensées rationnelles et tout ce qui te reste de sérénité, de certitude et de quiétude, pour s'expulser dans des cris déments, déchirants. Je voudrais que ma nacelle ne plonge jamais.

Mais je suis handicapé de l'amour. La vie, grouillante, vibrante, cette pression d'existence dans mon ventre, cette nécessité de scier mes jambes, de me briser le souffle et de faire trembler mes doigts, tout ça, malgré mes plus profondes incertitudes, me fait scander, encore ce matin: Cours Sophie Paquin, cours vers l'aéroport.

18 décembre 2007

Fourrer le chien ou autres bestialités

Polaroïd, à la table, au cours d'un souper:

- Oui mais, ce que tu veux Patrick, ça n'existe pas! Tu voudrais avoir le beurre, l'argent du beurre pis le cul...

- ... de la vache!

- ...

12 décembre 2007

Led Zeppelin, Londres, 10 décembre 2007

Quand je vais être vieux, je veux être comme ça!!!



Robert Plant: 59 ans
Jimmy Page: 63 ans
John Paul Jones: 61 ans

Ça donne le goût de vieillir non?

11 décembre 2007

Mets ça dans ta pipe pis fume!

Allo? Y a quelqu'un?
Suis-je le seul à avoir vu cette publicité dans le journal Voir la semaine dernière?




Moi qui croyais qu'il était illégal de faire la promotion du tabac de quelque façon que ce soit depuis le 31 mai 2006? I was in for a surprise! Pas une, pas deux mais trois publicités sur le tabac dans le Voir. Trois pages complètes en 4 couleurs process! Deux sur les nouvelles clopes arômatisées au Whisky et une autre (voir l'image) sur celles qui font moins de fumée résiduelle. N'importe quoi!

J'ai tenté de faire une recherche sur Internet pour voir de quoi il en découlait. Nada! Nothing! Rien pantoute! Personne n'en parle nulle part à l'exception d'un seul site (où j'ai d'ailleurs pris cette image). Comment se fait-il que personne n'ait rien mentionné de cet acte illégal? Vous y comprenez quelque chose vous autres?

Qu'on se le tienne pour dit. Je n'ai rien contre les fumeurs. J'en étais un auparavant. Par contre, ce qui me fait chier, c'est que lorsque je vois quelqu'un fumer, ça me donne le goût d'y goûter à nouveau.

Enwèye donc, juste une poffe...

La cigarette, c'est une drogue. Une maudite dope forte qui rend accro. Par conséquent, moins j'en vois à l'écran, dans les journaux ou dans les événements de toutes sortes, plus j'ai de facilité à ne pas succomber.

Des pubs, j'ai pas envie d'en voir! Point final!

7 décembre 2007

Vlog Conseils 1

Ma chronique d'aujourd'hui sur Branchez-vous faisait référence aux vlogs et stipulait que l'avenir des blogues résidait dans la projection de ses propres vidéos. Et je me suis aperçu que j'étais très mal placé pour parler de quelque chose que je n'avais jamais fait moi-même.

N'écoutant que mon courage, ma conscience professionnelle et le fait que je n'avais rien à foutre de ma journée, je vous ai concocté mon tout premier vlog.

Et afin de joindre l'utile à l'agréable, j'ai créé un vlog conseils que j'ai intitulé affectueusement, euh, ben, euh, c'est ça, Vlog Conseils.

Alors, mesdames et messieurs, bienvenue au tout premier Vlog Conseils de Pat Dion intitulé Bougez!

6 décembre 2007

Cling cling

Je ne sais pas si c'est mon côté musicien qui trouve ça drôle ou si c'est simplement parce que je ne sais plus ce qui me fait rire mais il y un phénomène qui me fait complètement tordre sur Youtube: StSanders

Son but? Rire de vos artistes rock favoris en détruisant littéralement leurs chansons.

Comment? Il joue n'importe quoi par-dessus les vidéoclips ou les prestations live de ces musiciens.

Le résultat? Pissant! Checkez-moi ça!



Et que dire du fui-fui de Slash:



Et vous savez c'est quoi le pire? Le gars sait vraiment jouer.

1 décembre 2007

Les sorties de secours sont par là ----->

Ne vous y méprenez pas, il n'y a rien de métaphorique dans le titre, malgré tout le chambardement qui s'opère dernièrement dans ma vie.

La plupart d'entre nous ont déjà voyagé en avion. Le stress du décolage vécu par certains est souvent gonflé par les simagrés des membres d'équipage qui nous indique en détail ce qu'il faut faire advenant le fait que, par une malchance quelconque, le dessous rebondi de l'oiseau métallique dans lequel vous prenez place doive se poser sur les flots bleus ou encore qu'en cas de dépressurisation de la cabine due à un trou béant créé par une explosion dans la carlingue, de jolis cache-nez jaunes remplis d'air apparaîtront innocement devant vos yeux.

Pour remédier à cette situation, la compagnie d'aviation Virgin America a concocté une excellente animation qu'elle fait jouer à ses passagers en lieu et place des chorégraphies clownesques de leurs agents de bord. C'est joli et ça a de quoi changer le mal de l'air de place.