30 septembre 2007

Yeah baby!

Harvee remporte le prix de la relève musicale Archambault.



Et si vous ne les connaissez pas depuis tout le temps que je vous en parle, allez les écouter, ça presse. Parce que la créativité vient aussi de Valleyfield. Hein Chiiiiirie (qui vient elle aussi de Valleyfield)?

27 septembre 2007

Histoires de sous-sol

Nous sommes à la table de cuisine hier soir, l'ado et moi, et nous préparons le souper en échangeant sur nos journées respectives. Puis, sans avertissement, il commence à chanter.

Lui: La La La...

Moi: Euhhh...

Lui: Quoi? Plus tard je veux devenir chanteur (il se trouve drôle et il rit). Non non, sans blague, je veux devenir comme Steven Harper. Steven Harper, c'est mon idole!

Moi: Tu veux devenir une cave?

Lui: Euhhh, on dit pas un cave?

Moi: Oui mais je voulais quand même rester poli.

Lui: Alors je veux devenir une cave comme Steven Harper: Froid, vide et poussiéreux!

Comment ne voulez-vous pas adorer cet enfant?

25 septembre 2007

De l''enquête du JdM

Suite au commentaire de mon collègue Steve Proulx, j'ai envie de rajouter ceci.

Je ne commenterai pas l'enquête sur les pédophiles de la journaliste Brigitte McCann du Journal de Montréal. Je pense que des hommes, adultes (je sais qu'il y a des femmes mais elles ne sont pas en majorité ici) qui sexuellement harcèlent ou jouent à touche-pipi avec des filles à l'aube de la puberté ont un sérieux problème entre les deux oreilles et devraient payer pour les gestes répréhensibles qu'ils commettent.

En fait, je me questionne plutôt sur la façon qu'ont utilisée les journalistes du Journal pour piéger ces cyberprédateurs. Parce que le secret pour pogner ces hommes malades réside dans ce mot-là: piéger. On sentait dimanche dernier que Madame McCann faisait tout en son pouvoir pour ne pas utiliser ce terme-là. Et c'est la raison pourquoi cette enquête n'aurait eu aucun poids en cour. Et elle le savait. De telles méthodes auraient été défaites en mille morceaux devant la Justice.

Et c'est ce que je n'aime pas avec le mot piège. Pour aboutir à ses fins, c'est-à-dire mettre le grappin sur une bande de pédophiles pour afficher l'histoire en frontpage d'un journal à grand tirage, la journaliste a peut-être elle-même précipité ces prédateurs dans une rencontre. Et c'est ce que je n'aime pas avec certaines méthodes journalistiques. Car certains journalistes pêchent parfois de la même façon que ce qu'ils accusent férocement. Et ces méthodes me puent autant au nez que les prédateurs eux-mêmes.

23 septembre 2007

Mistral gagnant™

Salut Christian,

Ça faisait un bout que je ne t'avais pas croisé. Je dois t'avouer que ça a fait drôle de te voir ce soir à TLMEP. J'ai craint à certains moments que tu te fasses varloper mais je dois avouer que ça s'est plutôt bien passé. Je voulais simplement te mentionner, à chaud comme ça, que j'ai été heureux de sentir ton honnêteté mais surtout ta vulnérabilité dans tes propos. Tes personnages n'auront jamais été plus près de toi que ce soir. Je crois que tu as réussi à franchir un fossé que peu d'écrivains peuvent se targuer d'avoir franchi en créant ce pont entre tes mots et ton authentique personne.

Sincèrement,

Patrick

21 septembre 2007

Amateurs de sport bonsoir!

Magnifique journée pour le monde du sport hier:







Dans ce dernier cas, je suis curieux de connaître la réaction de Foglia sachant qu'il l'a tellement défendu et supporté au cours des dernières années. Surtout qu'il s'est fait scooper par Radio-Canada sur cette nouvelle-ci!

19 septembre 2007

La gueule croche

Vous pouvez voir ma face de pet qui vante les mérites de la blogosphère québécoise drette ici:



Et non, je n'applaudis pas et je n'exécute pas d'insanités avec mes mains non plus! Euhhh, c'est quoi la question déjà? Duh!

17 septembre 2007

Boulimie

Ça n'est plus un secret pour personne, je mange des livres comme d'autres mangent de la crème glacée. Bon, je mange aussi de la crème glacée comme d'autres mangent de la crème glacée mais vous comprenez le principe. Je tiens une liste exhaustive de tous les livres que j'ai envie de lire ou, à tous le moins, que j'ai envie d'essayer de lire. Je vous la livre (gni gni gni) ici, dans le désordre:

Vous êtes ici de François Gravel
Léon, Coco et Mulligan de Christian Mistral
En données corrigées des variations saisonnières de Luc Baranger
Mal élevé de Stéphane Dompierre
Le jardinier de Monsieur Chaos de Francis Malka
Les uniques de François Avard
Oniria de Patrick Sénécal
Espèces en voie de disparition de Robert Lalonde
L'aveuglement de José Saramago
Le sang des colombes de Dany Leclair
Kuru de Thomas Gunzig
The Fountainhead de Ayn Rand
Au secours pardon de Frédéric Beigbeder
Le cameraman de Bill Gaston
Le quatuor de Jérusalem d'Edward Whittemore
Trilogie new yorkaise de Paul Auster
In cold blood de Truman Capote
L'ami du défunt de Andreï Kourkov
Le pigeon de Patrick Suskind
Péchés innombrables de Richard Ford
La mère morte de Robert Gagnon
De la part de Laura d'Élizabeth Filion
Les jambes de Steffi Graf de Pierre Cayouette
Un été en banlieue de François Désalliers
La fin de l'alphabet de C.S. Richardson
Un roman russe de Emmanuel Carrère
Victor de Michèle Fitoussi
Le Festival de Cannes de Frédéric Mitterrand
Paroles d'enfants dans la guerre de Zlata Filipovic
Le silence de l'innocence de Somaly Mam
L’élégance du hérisson de Muriel Barbery
Mirror Lake d'Andrée-A Michaud
Un été sans histoire de Michel Leclerc
Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez
L'écume des jours de Boris Vian
Vercoquin et Le Plancton de Boris Vian
Le promeneur d'Afrique de Michel Leclerc

La rentrée littéraire n'étant pas tout à fait débutée, je suis dans la schnoutte, hein? Comprenez-vous maintenant pourquoi je dis toujours que je n'aurai jamais assez d'une vie pour faire tout ce que j'ai envie de faire?

En avez-vous lu dans le tas? Avez-vous envie de me faire une critique d'un de ces romans? Ou avez-vous d'autres suggestions peut-être? Ce n'est pas 3-4 autres bouquins qui vont maintenant faire une différence.

16 septembre 2007

Une crotte sur le coeur



C'est extrêmement déplaisant de se réveiller en sursaut parce qu'on vient de rêver qu'on faisait caca!

12 septembre 2007

Intervention nainesque

Vous le savez, mon fils est tellement cute des fois par ses interventions impromptues. Il a un don particulier pour remonter le moral de son père adoré par des paroles empreintes de sagesse comme T'es vieux ou encore Ton ventre est mou. C'est sa spécialité.

Silencieusement, subrepticement, ça fera un an que j'ai arrêté de fumer le 23 septembre prochain. Alors que je déprime légèrement parce que je constate que j'ai pris une dizaine de livres depuis le jour fatidique de l'arrêt en question, je m'exclame tout haut God, je suis gros!. N'en manquait pas plus pour que le nain, qui passait à mes côtés, me lance ceci:

T'es pas gros Papa, t'as juste beaucoup d'espace de rangement.

Adorable je vous dis. Le ptit maudit...

10 septembre 2007

Parce que

Parce qu'on a tous des squelettes dans le placard
Parce qu'on a tous des amis qui n'en sont visiblement pas
Parce que quelques-uns d'entre nous ont survécu aux années 80
Parce que j'ai déjà eu des cheveux
Parce que, coudonc, je m'assume

Allez voir mon (ancient à partir d'aujourd'hui) ami Daniel...

9 septembre 2007

CHBL

C'est la fête du kid à la plume incroyable aujourd'hui.

Vous pouvez aller lui souhaiter bonne fête ici. Sinon, vous pouvez l'envoyer paître de posséder tant de talent dans sa seule et unique personne. Je ne sais pas pour vous mais moi, j'aimerais avoir le dixième de son charisme littéraire.

Bonne fête Charles! Et merci d'écrire...

7 septembre 2007

Dipatisme

En lien avec mon billet d'aujourd'hui sur Branchez-vous, savez-vous pourquoi les Talibans nous expulsent à coups de Kalachnikov?

Parce qu'un moment donné, l'afghane, y s'tanne.

4 septembre 2007

Dipatisme

Si Mario Dumont et l'ADQ sont à Magog, doit-on parler d'une magogie ou de des magogies?

1 septembre 2007

Showbusinessman

Pauvre Rufus, la barrière était haute pour gagner mon coeur hier soir. J'ai aimé l'album Release the stars à la première écoute et le show m'avait été vendu à l'avance par quelques amis, il fallait donc que tout soit parfait pour que je n'aie aucune déception.

Mais tout n'était pas parfait... Sa voix tremblante à quelques reprises ont montré la fatigue de l'homme au bout d'une tournée exténuante. L'oubli de quelques paroles et une bruine de fausses notes ont bien fait rigoler la salle conquise à l'avance. N'empêche qu'il semblait carrément se foutre de ces petites erreurs. Je mentionnais à Chiiiiirie qu'il semblait être très à l'aise devant public et elle me répondit Trop à l'aise?, la ligne entre se foutre de ses erreurs et s'en foutre carrément étant bien mince. Par contre, on doit avouer une chose: le Monsieur is a showbusinessman, jusqu'au fond des tripes! Autant il aime en mettre plein la vue (costumes à l'appui), autant il sait créer une bulle parfaite entre lui et le public dans ses chansons piano-voix. Alors, est-ce que le spectacle valait pour autant 50$? Tout à fait. Mais j'aurais bien aimé le voir dans une salle où j'aurais pu dandiner mes fesses un peu plus.

Mon coup de foudre de la soirée a été sans l'ombre d'un doute le groupe à l'affiche en première partie du spectacle de Rufus: A Fine Frenzy. Une batterie, un clavier, un piano droit et une voix magnifique, celle de la chanteuse Alison Sudol qui a complètement conquis la salle pleine à craquer par sa force, sa retenue, sa douceur et sa fragilité. Cette jeune femme a su, par sa musique et son charisme, emplir le moindre interstice de la salle Wilfrid-Pelletier de sa présence face à des spectateurs bouche bée, complètement subjugés. Les frissons que j'ai eus, j'vous dis pas. Assez pour me faire monter les larmes aux yeux à 4 ou 5 reprises.

Merci, Musique, de me faire sentir en vie de la sorte. Je m'y fais prendre à chaque fois.