28 décembre 2004

Éveil amer

En vieillissant, j'ai toujours voulu laisser ma trace sur cette terre. Mon esprit cristallisait mes pas errants dans le sable de vos souvenirs. Je voyais le cours des jours passer, je voyais le temps me rattraper. Je courais sur un nuage rempli d'images qui s'évaporait. Puis, sans crier gare, mon train s'arrêta. Dans un instant suspendu, mon temps s'est tendu comme l'élastique avant qu'il ne se brise et mon point de non-retour s'est métamorphosé en point de départ. Point de friction, point de fuite, point de rêves...

Je suis propulsé en cette journée et je sombre dans une lucidité réelle. Je vois tout. Vie futile, bonheur puéril, éveil inutile. Aujourd'hui, je me fous de ce qu'il restera de moi. Comment pourrai-je profiter de ce qu'on pensera de l'être que je fus alors que je ne serai que pourritures et cendres. L'on pourra crier les plus belles choses à mon endroit que mon oreille ne s'appuiera contre rien d'autre qu'un sol froid et d'autres types de vers viendront alors hanter ma tête. Je ne serai rien de mieux qu'un souvenir qui s'effritera. La mort dans l'âme aujourd'hui, la mort dans l'être demain. Alors qu'est-ce que je fais ici en ce jour me demanderez-vous, assis sur le banc défraîchi du parc littéraire que je me suis construit, à lancer des lettres aux pigeons ricaneurs. Je n'en sais trop rien. Mais je persiste à piailler et roucouler en m’empoisonnant des miettes rancies de vos exaltations.

23 décembre 2004

Suggestion de l'amoureuse

Suite à une suggestion de ma douce (et parce que ça semble avoir fait rigoler la galerie), je vous partage une liste de mots-clés (les plus croustillants) que le gens ont tapé dans des engins de recherche et qui ont abouti sur mon blog. La plupart du temps ça a pas rapport pantoute. C'est à se demander comment ils ont fait pour se ramasser sur mon blog. Jugez-en par vous-même:

LSD chips
ostie de calisse la petite grenouille
poeme chips
les comtes sur la mousse livre
photo du capitaine cosmos
clown épeurant
imbecile heureux
vessie timide
circulation rénale
location chambre chez personne seule
trop saoul
orléans mousses savon
carte de fête de tweety bird
grosse pitoune laide
sapin religieux
recette feuille ostie
grosse salop
pour ne plus avoir de cheveux grichoux
sac de chips oxygene
ostie de moron
vomi barbe
escapin grand taille
chanson a ecouter drole francais la petite grenouille bout
montreal femme salope
histoire croustillantes voisine
carapace nombril
salopes de 40.50 ans a poil dans la voiture

C'est à se demander si je ne devrais pas faire plus attention à mon langage parfois !

22 décembre 2004

Mer noire

Je me débats sous la surface surfaite. Je manque d'air. Je ne peux plus respirer. Je cherche mon souffle, âme aveugle, j'agrippe le vide de mes deux mains. Je braille du bout des doigts mais j'ai l'ouïe en alerte. Lisez la peur dans mes yeux globuleux. Tout mon intérieur hurle ma douleur. Je vois ce noir foncé se diluer puis je fonce, pâle. J'entends mes tripes s'entrechoquer. J'entends mes cris sans trop choquer. Le chaos est total. Le K-O est fatal. Je me tords d'incompréhension dans ce désordre. Je déserte à pas furtifs de géant, dans le néant. Je fuis de partout. Noyez-moi de cette quiétude, insufflez-moi cette sérénité. Je veux mourir de calme. Pour l'instant je sombre, noir et sombre, dans un doute profond, dans un abîme sans fond. Et mes eaux troubles troubleront sûrement.

20 décembre 2004

Platitudes riveraines, d'un nénuphar à l'autre

J'ai un peu de temps à perdre au bureau ce matin. C'est le calme plat. Bof ! J'ai bien quelques appels qui font de minuscules vagues aléatoires mais y a pas de tempête qui se pointe à l'horizon. Je plonge donc dans la mer weblogienne. Je saute de blog en blog, je vais de liens en liens. Peu me font sourire. La plupart me font bailler. La presque totalité est remplie de détails insipides aussi croustillants qu'une chip mouillée. Pathétique ! On dirait que quelques-uns d'entre vous ont 12 ans d'âge mental ! Merde, il est difficile de croire que certains d'entre vous sont universitaires. Surtout lorsqu'on constate la piètre qualité de votre français. Faites attention au moins ! Foutez-moi ça dans Word avant de publier ! Vous êtes vraiment nuls à chier parfois. Je ne crois pas être parfait en français, loin de là. Mais au moins, j'essaye de faire attention. Relisez-vous, ça serait déjà un bon départ. Faites attention à votre langue, elle peut être importante pour autre chose que de licher des culs !

17 décembre 2004

Ah pis non tiens

J'en ai plein d'affaires à dire ! Par où j'commence... Tiens, Canadian Tire. Non mais, ostie qu'y sont poches leurs annonces ! C'est vraiment n'importe quoi. Le DVD dans le char pis le foyer en plastique ! Trouvez-vous une vie crisse ! Pis ça fait tellement banlieue propre-propre souffleuse-clôture-gun à clou ! Ronflant, JE DORS !!! Quoi d'autre... Les disques de Noël ! Y a-tu vraiment du monde qui achète ça ? Han ? Sans jokes ! Crisse ! C'est l'hiver en version house pis Le ptit renne au nez rouge en version punk. Non mais câlisse, ça a pas rapport ! Pis ça sonne poche en plus ! C'est quoi l'affaire ? Y a pas assez de disques "normaux" qui sont en vente sur le marché ? Faut en plus que vous sortiez 50 osties d'albums de Noël à marde ? Maudit monopole des ondes à la sauce Québécor: Vous me polluez l'existence ! Pis tiens, parlant de Noël. Fuck j'viens de voir aux nouvelles qu'en France, y a du monde qui ont voulu défaire un sapin de Noël dans un lycée parce que "c'était un signe religieux !" Crisse, y ont pas de cours d'histoire en France ? Au début, l'Église était CONTRE les sapins de Noël ! Vous en avez l'air d'une école laïque vous autres ! Comment est-ce que des putains de boules multicolores pis des guirlandes peuvent menacer quelqu'un !!! C'est pt'être parce qu'y a un ange qui s'est planté un sapin dans l'cul que ça vous met dans tous vos états ? Ostie, trouvez-vous donc une vie vous autres aussi pis attaquez-vous donc aux vrais problèmes ! Pis après ça on se demande pourquoi les gens ont l'esprit étroit ! Quoi d'autre aussi... Si jamais vous vous confortez dans l'idée que vous êtes donc bons pis donc fins parce que vous avez donné une canne de ptit pois au gens de la guignolée qui se sont gelé le cul de porte à porte, ben vous êtes dans le champ en ciboire ! Parce que c'est hypocrite en crisse de penser qu'on a nourri les plus pauvres d'entre nous pendant 2 jours alors qu'ils ont rien à manger 363 autres jours par année ! La guignolée, ça devrait se faire à l'année longue ! Pis en finissant, les intentions de vote des québécois envers les libéraux provinciaux sont à leur plus bas selon un sondage Léger Marketing. S'il y avait des élections aujourd'hui-même, le parti québécois remporterait l'élection confortablement. Ostie de bande de nuls. C'est qui les épais qui ont élu le parti libéral aux dernières élections pis qui ont encore changé d'idée là ? Ostie qu'y a des coups de pied au cul qui se perdent !

Face lette !!!

Rien à dire, rien à cirer ! Ça paraît-tu ? Ah pis finalement non, j'dois dire qu'y est laid en crisse Gollum !

15 décembre 2004

Pensée hebdomadaire

Comme le dirait Walt Disney après une couple de verres dans le nez: Tention à ton souillon cendrier ! Euhhh, tention à ton soulier Cendrillon !

10 décembre 2004

Ailleurs

Mes yeux, clos, en fin
Coulent les larmes du venin
Tirent les armes du requin
Ma bouche hurle cruauté
Silence aveugle et étouffé
Dans le gouffre
De tes lèvres
Dans le cratère
De tes mots
Le vide
Encore plus vide
Le faux
Encore plus faux

Arrête
Je n'en peux plus
Que tu m'arraches
La peau
Que tu me jettes
La pierre
Que tu déchires
Ma paupière
Ces yeux
Maintenant mais surtout
Pour toujours
Fermés
Et tristes et noirs
Prophète
De malheurs
Plus jamais
Je ne te verrai
Sans heurts
Sang
Meurs
Il ne te reste
Qu'à aller
Te faire voir
Ailleurs

8 décembre 2004

Pensée hebdomadaire

Comme le dirait l'Association des lanceurs de fléchettes d'Amazonie, un dard dans le postérieur, ça fait mal au curare.

6 décembre 2004

Flashback paternel

Je me remets à penser à mon père. J'ai 10 ans. J'arrive à la maison avec mon bulletin scolaire au primaire et j'ose pas le lui montrer. Je n'ai pourtant pas le choix, il doit le signer. Je le lui remets.

- Comment ça t’as eu 99% en mathématique ?
- Ben, euhhh, j’ai eu des 100% partout sauf là Papa.
- Oui je sais mais pourquoi t’as eu 99% en math ?

Il me faisait chier quand il trouvait toujours la crisse de bibitte noire. Il pouvait pas juste être fier de moi ? Oui il me faisait rageusement chier. Sauf que dans ma petite tête de petit gars de 10 ans, je le savais pas qu’il me faisait chier. Parce qu’il détenait LA vérité ! Et parce que je l’aimais de tout mon cœur de petit gars de 10 ans. Qu’est-ce que je dis. Je l’aimais pas, je l’adorais. Je le mettais sur un immense piédestal. Et je l'admirais d'en bas, moi, petite poussière nulle à chier qui le regardait comme on regarde un Dieu. Même quand il rentrait complètement saoul à 4 pattes à 4 heures du matin, même quand il ne se pointait jamais à l’heure prévue pour le souper ou pour mes pratiques de sport, même quand il me faisait chier avec les notes que j’avais eues dans mon bulletin, crisse que je l’aimais.

- « Papa, j’aurais juste voulu que tu sois fier de moi. Au moins, juste un peu.»

Mais je ne lui ai jamais dit. Parce qu’un enfant, ça sait pas dire ces choses-là. Un enfant, ça connaît pas ces mots-là. On finit par les apprendre seulement quand on devient des grands enfants de 30 ans.

5 décembre 2004

Crissement de bottes et claquement de dents

Mont-Royal, Saint-Denis, une bonne heure et demie de marche. Ça fait du bien. Mais j'ai tellement froid que j'ai deux nouvelles amygdales qui me poussent.

3 décembre 2004

Et si vous avez manqué l'autre semaine d'avant

Comme le dirait l'association des Insomniaques Paraplégiques du Québec, nous autres on aime ça les histoires à dormir debout !

2 décembre 2004

Pour ceux qui ont manqué l'émission

Les Grands Explorateurs vous invitent à une soirée d'information sur le trekking. Apportez votre Vulcain.